Skip to main content

Quand Bollywood débarque sur le petit écran des Sénégalais !

Il y a deux ans de cela, le paysage audiovisuel sénégalais était dominé par les télénovelas sud américaines, séries à l’eau de rose qui permettaient à la gent féminine de rêver au prince charmant. Pendant plus d’une dizaine d’année, ces séries brésiliennes ou mexicaines ont accompagné le quotidien des Sénégalais. Tous les jours (sauf le samedi et le dimanche), vers 19h30, toute la famille, du moins les femmes, les adolescents et les enfants, se retrouvent devant leur petit écran pour suivre l’aventure amoureuse mouvementée de leur héroïne Que ce soit Rosa la sauvage, Marimar, Sublime mensonge, Luz clarita, Muñeca Brava ou encore Barbarita, ces téléfilms ont tous eu un succès retentissant au point de marquer toute une génération. Mais toute hégémonie ayant une fin, les téléspectateurs ont relégué au second les télénovelas pour porter toute leur attention sur cette nouvelle vague venant d’Inde.

Je me souviens que, étant enfant, nous attendions avec impatience la diffusion des films hindous avec leurs histoires de sorcelleries, leurs danses folkloriques et surtout, les scènes de bastons interminables d’Amitabh Bachan. A l’époque, alors qu’il y avait encore des salles de cinéma, à chaque fois qu’un film hindou était à l’affiche, les salles étaient pleines à craquer. Aussi, connaissant l’intérêt que les Sénégalais portent au cinéma bollywoodien, et devant la médiocrité de plus en plus accrue des séries sud américaines, la 2STV (première chaine privée à voir le jour dans le pays) innove et propose un téléfilm qui va connaître un succès retentissant : Vaïdéhi. Différente des autres télénovelas, cette série hindoue s’est distinguée par son histoire plutôt originale, par son univers proche des réalités africaines et surtout du thème majeur : la place de la femme dans la société. Autre aspect important, le cinéma hindou est en général dénué de toute sexualité. Dans un pays encore attaché à ses valeurs culturelles et religieuses, les séries sud américaines étaient perçues par leurs détracteurs comme un moyen de pervertir la conscience des jeunes générations. D’ailleurs, pour ne pas heurter la sensibilité des téléspectateurs les chaînes de télévision sont obligées de censurer les scènes jugées un peu torrides. Mais avec les séries hindoues, aucun problème à ce niveau ; toutes les classes d’âge peuvent les visionner. Du coup, le feuilleton a eu un tel succès qu’il a ouvert une brèche dans laquelle s’est engouffré le reste des chaînes nationales. Maintenant que ce soit la RDV, la TFM (dernière née dans l’audiovisuel sénégalais) ou encore la RTS, chacune de ces chaînes a sa propre série hindou diffusée à des horaires diverses. Au total depuis la diffusion de la série Vaidéhi, quatre nouveaux feuilletons sont arrivés dans le paysage audiovisuel sénégalais. Ce qui laisse présager une longue aventure

Le phénomène Vaïdéhi : L’actrice Pallavi Kulkarni se souviendra pendant longtemps de l’accueil exceptionnel qui lui a été réservé le 26 janvier 2010 par des milliers de fans en délire. Invitée par la chaîne privée pour la finale de la série, l’actrice hindoue a pu jauger sa popularité auprès de ses fans. Depuis sa descente de l’aéroport jusqu’aux locaux de la 2STV la jeune actrice a traversé les rues de Dakar devant une foule conquise et heureuse de voir leur héroïne défiler devant leurs yeux. Jamais un tel accueil n’a été réservé à une personnalité depuis le retour des Lions du foot de la coupe du monde 2002. La série était tellement suivie par les téléspectateurs que les tailleurs ont vite fait de copier le modèle des habits traditionnels porté par les personnages féminins. Aussi, lors de la fête de Tabaski (l’Aïd al Kabir : fête du sacrifice du mouton), nombreuses étaient les femmes qui avaient arboré la copie des vêtements de leur héroïne préférée lançant ainsi une nouvelle mode. Jamais une série n’avait rencontré autant de succès au point d’influer sur les habitudes vestimentaires de ces demoiselles.

The following two tabs change content below.
Ameth DIA
Blogueur sénégalais, ancien Sanaarois, passionné de jeux vidéo (particulièrement de MMORPG), de Naruto, grand fan de Sexion d'assaut et supporter de l'équipe de France de football.
Ameth DIA

Derniers articles parAmeth DIA (voir tous)

Ameth DIA

Ameth DIA

Blogueur sénégalais, ancien Sanaarois, passionné de jeux vidéo (particulièrement de MMORPG), de Naruto, grand fan de Sexion d'assaut et supporter de l'équipe de France de football.

8 thoughts to “Quand Bollywood débarque sur le petit écran des Sénégalais !”

  1. Je me suis délectée de te lire tant cet article était délicieux mon cher Ameth, presque aussi que le Thieuboudienne d’une maman de 50 ans.
    Ceci dit, j’ai pas de télé mais chaque fois que je vais dans une famille sénégalaise, du père au benjamin, tous sont scotchés devant leur série bollywoodienne, je ne suis pas encore contaminée par le virus, en attendant je préfère porter les pendjabs (vêtement taillé à la mode indienne).

  2. Oui Kitani également à Ouagadougou sur la télévision nationale il y a également une autre serie indou qui parle de Ancharles et Sidaart (j’espère que j’écris bien leurs noms). Vraiment Bolly wood est en train de faire fureur actuellement.

  3. Tu as parfaitement résumé le déroulement de ces séries. Au moins il y a du changement avec les Séries hindoues! Kitani aussi est diffusé par une chaîne privée, la RDV.

  4. Wow, quelle ressemblance! C’est le même phénomène à Madagascar. Après les séries brésiliennes où les histoires se ressemblent: un riche et une pauvre tombent amoureux l’un de l’autre, une jalouse vient tout faire pour briser le couple, mais à la fin, le couple se remet toujours ensemble… Maintenant c’est au tour des séries bollywoodiennes, que beaucoup préfèrent vu que les histoires changent un peu, après Vaïdehi, on suit actuellement Kitani 🙂

  5. Au Burkina c’était pareil grâce à la chaine privée Canal 3. Vaahii Dehi a volé la vedette à tous les films sud-americains. Actuellement, le Nigéria avec Nollywood tente une percée au Pays des hommes intègres mais les doublages ne satisfont pas d’abord les télespectateurs. Heuresement, sur ce plan, il y a beaucoup de projet de serie télévisé. Certains sont en tournage comme la saison 2 de Ina avec des acteurs comme Smarty et Mwandoé du groupe Yeleen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.