Visite au palais présidentiel

 

Vendredi 22 avril, il est 4h du matin, une trentaine d’étudiants s’apprête à rallier Dakar pour effectuer une visite au palais présidentiel. Une fois installé, mes paupières commencent déjà à s’alourdir car je suis resté éveillé toute la nuit. Pour cette première visite, je ne voulais surtout pas prendre le risque de rater le départ. Le palais présidentiel est un endroit qu’on ne voit qu’à la télévision et encore, les images ne montrent que les mêmes endroits ; donc avoir la chance de s’y rendre n’est pas un événement qui se présente fréquemment dans la vie d’un simple citoyen. Du coup j’ai décidé de ne pas m’endormir (tâche plutôt facile car j’ai l’habitude de me coucher tard) et pour tuer le temps, il n’y a rien de mieux que les jeux vidéos. Il est déjà 3h45 l’heure de notre rendez-vous. Devant le village B, je rencontre des étudiants qui ont organisé une caravane sur Dakar pour les fêtes de Pâques. Juste à coté de leur bus se trouvait le nôtre, plus petit, environ 40 places. A ma grande surprise tout le monde a respecté l’heure fixée. D’habitude les « rendez-vous sénégalais » ne se passent jamais comme çà ; il y a toujours des personnes qui arrivent en retard. Mais cette fois ci, le déplacement était trop important pour se permettre de perdre du temps.

A 9h30 nous sommes arrivés à destination (Dakar plateau), notre bus est garé à quelques mètres du palais. A coté, se trouvent de grands immeubles de plusieurs étages notamment celui du Gouvernement sénégalais et du Sénat. On aperçoit aussi des gardes armés, postés à différents endroits du quartier.  Nous profitons des 30mn restantes (la visite est prévue à 10h) pour prendre le petit déjeuner et en ce vendredi saint qui coïncide avec la rupture du jeun chez nos frères catholiques, un met spécial nous est offert, le Ngalax (ce ci fera l’objet d’un autre article). A 10h, nous sommes convoqués à une porte par où doivent passer tous ceux qui entrent et sortent du palais. Bien avant de rentrer, un homme en tenue de gendarme nous avertit qu’il est formellement interdit de filmer quoi que ce soit (du coup les caméscopes sont confisqués) et que seuls certains endroits sont autorisés à être photographiés. Pour la première fois de ma vie, je traverse un portail de sécurité, chose que je ne voyais que dans les films du genre 24h chrono. Une fois passé l’étape du contrôle réussi, nous rencontrons notre guide M Mendy, un gendarme fort sympathique qui réussit à détendre l’ambiance. Nous allons enfin débuter la visite.

A la porte d'entrée

Voilà les dernières photos que j’ai prises avec mon téléphone. Après avoir passé un second contrôle, nos téléphones portables ont été confisqués pour des raisons de sécurité. Je me suis donc retrouvé les mains vides, sans moyen de prendre une seule photo. A part ce petit inconvénient, le reste de la visite s’est bien passée. Et nous avons commencé par le palais présidentiel qui est différent de la présidence. D’après notre guide, le palais abrite le bureau du Pr alors que la présidence abrite ses appartements (celui du Président et de sa famille). Rien de spéciale à voir ici, à part un escalier sur lequel est étalé un tapis rouge. Comme nous sommes restés au rez-de-chaussée, on est vite passé à l’étape suivante pour atteindre la présidence. Sur le chemin, nous rencontrons quelques ouvriers qui travaillent sur un bâtiment ; Il y a aussi des gardes qui patrouillent, armes à la main. Une fois dans la présidence, nous constatons qu’il y a des œuvres d’art disposées un peu partout. Parmi elles se trouvent une statue représentant un « Diambaar » (guerrier) et un grand tableau fait par des artistes thièssois (ville de Thiès). Notre guide nous informe que, sous leur mandat, des œuvres d’art sont offertes fréquemment au Président en tant que instance de la république ; ce qui signifie qu’elles n’appartiennent à aucun des trois présidents qui ont dirigé jusque là le Sénégal. Après cette petite précision, nous avons pu découvrir les trois salons que le Pr utilise pour accueillir ses invités. Le salon de music, comme son nom l’indique est caractérisé par les instruments de music qui y sont présents. A côté d’un piano qu’utilisait un des fils du Pr Senghor, se trouvent entre autres un balafon qui est l’équivalent traditionnel du piano et un tambour. Dans ce salon se trouvent aussi les consécrations que certains de nos artistes ont reçues. Parmi elles, un Grammy Award de Youssou Ndour obtenu en 2005 pour son Album Egypt et un disque d’or d’Alioune Badara Thiam alias Akon pour son album Trouble. Nous sommes ensuite passés au salon Sénégambie. C’est dans cette pièce qu’ont été signés tous les accords entre les deux pays frontaliers (Pour rappel la Gambie est enclavée dans le Sénégal). Notre visite s’achève quelques minutes plus tard dans la salle où se tient le conseil des ministres. Mais entre temps, nous avons pu accéder pendant quelques instants à la terrasse d’où on a une vue superbe sur l’océan atlantique.

Même si la visite n’a duré que quelques minutes, une heure environ, le déplacement en valait vraiment la peine. Nous avons pu découvrir un lieu chargé de l’histoire de notre pays depuis la colonisation jusqu’à l’alternance en passant par les indépendances. Seuls regrets sont de ne pas avoir pu prendre des photos de l’intérieur mais avec le projet qu’on a, peut être qu’on y reviendra bientôt.

Ps:

Le jeudi 3 mars 2011 s’est tenue, au sein de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, une réunion organisée pour la préparation de cette visite. A l’origine, l’affiche qui conviait les étudiants à se rendre à cette réunion ne faisait mention que d’une visite guidée au palais présidentiel ; invitant ainsi les intéressés à participer pour avoir plus amples informations. Tactique bien réfléchie puisque nous étions une trentaine à nous y rendre. Au début, j’ai cru que cette initiative venait du MEEL (Mouvement des Élèves et Étudiants Libéraux) ou d’une autre association fidèle au PDS mais à ma grande surprise, les initiateurs de ce projet n’étaient affiliés à aucun parti politique proche du Pr Wade. C’était de simples étudiants, porteurs d‘un projet, initié par l’ONU, qui a pour but d’améliorer le quotidien de la jeunesse sénégalaise et mondiale en général. Cette réunion entrait donc dans le cadre de la préparation de la journée internationale de la jeunesse qui se tient le 12 août de chaque année. Et pour marquer cet événement, les organisateurs nous ont proposé une activité un peu particulière. En effet, pour participer à la visite guidée au palais présidentiel, il fallait au préalable écrire une lettre ; je vous laisse deviner qui en est le destinataire! Après nous avoir informés de cette « épreuve », ils nous ont remis des flyers sur lesquels étaient inscrits, tel un sujet de rédaction : « Si vous aviez l’occasion de vous adresser au Pr de République, quel serait votre message » ? L’exercice consistait en fait à écrire une petite lettre (de 300 mots environs) portant sur un des quinze thèmes repérés par l’ONU comme étant les principaux problèmes auxquels sont confrontés les jeunes du monde entier.

Amadou Moctar Diallo

Après notre visite au palais j’ai effectué un petit interview avec Amadou Moctar Diallo, coordinateur du projet Message de la jeunesse sénégalaise au Président de la République. Ce jeune blogueur (http://amoctad.blogspot.com/)sénégalais, est passionné par l’écriture  et l’outil informatique; il est aussi un volontaire des Nation Unies.

 

Interview AMD 2.0

 

 

The following two tabs change content below.
Ameth DIA
Blogueur sénégalais, ancien Sanaarois, passionné de jeux vidéo (particulièrement de MMORPG), de Naruto, grand fan de Sexion d'assaut et supporter de l'équipe de France de football.
Ameth DIA

Derniers articles parAmeth DIA (voir tous)