• As du vélo
  • Piqûre de scorpion
  • Au voleur
  • Le serpent qui avait...
  • Tuer la petite souris
  • Top 10 Naruto Shippuden

Catégorie : Perso

L’année de Ameth

Chaque jour c’était la même chose. Je me couchais fatigué, le dos en compote et je me réveille le lendemain encore plus fatigué que la veille. Ce jour là,



Une histoire de Tiébou dieune

Très souvent, quand on cuisinait ces plats, il m’arrivait de faire semblant de manger. Je prenais une bouchée, faisais semblant de l’avaler, puis je disposais discrètement



Je déteste les médocs

  Tout a commencé avec une crise de palu, la pire que j’ai eu. C’était pendant les vacances scolaires, je devais avoir 12-13 ans. Cela faisait déjà plusieurs jours que j’étais alité et que j’avais des difficultés pour m’alimenter correctement. La nourriture était devenue fade, sans saveur. J’avais la langue amère, les plats que l’on



Home sweet home (3eme partie)

Après la pause déjeuner méritée, nous reprîmes la route. On s’était fixé pour but d’atteindre la ville de Laâyoune et d’y passer la nuit. Nous étions sans doute un peu trop optimistes. Et vu les nombreux retards occasionnés, nous savions dejà que l’on avait très peu de chance d’y arriver le jour même. Au sortir



Home sweet home (2eme partie)

La gastronomie marocaine et moi A l’entrée du restaurant, un homme nous accueille et nous indique une table. Une fois assis on lui demanda d’abord s’il avait des sandwichs histoire de manger vite fait et de reprendre la route. La réponse était négative ; mais il nous informa qu’il y avait du Tajine au menu.



Home sweet home (1ere partie)

2323,26 km…C’est la distance entre la ville de Casablanca (Maroc) et Dakar (Sénégal). Cela fait beaucoup de kilomètre n’est-ce pas ?  A vol d’oiseau vous pouvez le faire en quatre ou cinq heures. Il nous a fallu quatre jours pour rallier Dakar.  Quatre longues journées en voiture, çà laisse forcément des souvenirs. Des bons, des moins



Mon premier Tabaski à l’étranger

On ne comprend l’importance d’être entouré par la famille que lorsque que  l’on se trouve dans le pétrin ou, comme dans mon cas, lorsque l’on célèbre une fête à des milliers de kilomètre de la famille. J’en ai eu une première impression lors de la Korité passée (Aïd el Fitr). Jamais une fête n’a été