L’Université des vaches et des chèvres

Article : L’Université des vaches et des chèvres
11 février 2011

L’Université des vaches et des chèvres

Ils sont présents dans notre quotidien, on les rencontre chaque jour que Dieu fait à tel point que l’on ne s’en rend même plus compte.  Ils font partie du décor. Ils, ce sont nos amis les animaux, les vaches et autres chèvres, qui partagent avec les cinq milles étudiants sanarois l’espace qu’occupe l’Université Gaston Berger de St-Louis.

Reconnu comme un établissement d’excellence dans la sous-région, l’UGB a une facette que seule les sanarois connaissent. En effet, dans le campus social, il est très fréquent, à certains endroits, de rencontrer des habitants un peu spéciaux. Ces derniers, bien qu’ils ne soient pas des étudiants, sont présents tous les jours et font quasiment parti du décor très spécial de notre université. Il s’agit des vaches, chèvres et autres ruminants qui parcourent les lieux à la recherche de nourriture.

Près du resto 2
Des chèvres essayant de manger les feuilles de cet arbre

Chaque matin, en allant prendre le petit déjeuner, je tombe sur ce petit troupeau de vaches qui se s’est installé aux abords du resto 2. Autour d’eux trainent parfois quelques chèvres. Ce spectacle quotidien attirerait sans doute l’attention d’un bleu ou d’un étranger ; mais pour nous autres habitués à ce spectacle, cela n’a rien d’extraordinaire. Si vous vous posez la question de savoir « pourquoi il y a des vaches et des chèvres dans une université ? », sachez que la réponse est toute simple et banale. En fait l’UGB n’est pas implantée en plein ville comme c’est le cas à Dakar, mais à une dizaine de km au nord dans une zone sylvo-pastorale.  Les villages aux alentours (Sanar Peulh et Sanar Wolof) sont peuplés majoritairement par des Peulh qui sont connus pour être de grands bergers. Bref pour faire simple, ces ruminants se trouvent sur leur territoire, là où d’autres vaches, des décennies auparavant voire même des siècles, sont venus paitre. Voilà la raison pour laquelle ils sont encore présents aujourd’hui. Cette situation ne semble déranger personne ; loin de là. Si les étudiants sénégalais se font souvent remarquer par leurs attitudes plaintives à la limite capricieuses, personne, jusque là n’a essayé de s’opposer à cette situation. Beaucoup d’entre nous trouvent même drôle d’avoir comme voisins des animaux. D’ailleurs si on considère bien la situation, c’est nous qui sommes les étrangers dans toute cette histoire.

A l’UFR SAT (sciences appliquées et technologies)
Près de l’UFR LSH (lettres et sciences humaines)

Pourtant, il arrive une période où on a l’impression d’être dans une grande ferme. En effet, vers la fin année (entre mars et Juillet), c’est un véritable troupeau qui prend d’assaut le campus social. Ainsi la nuit tombée, il est possible de rencontrer une vingtaine (voire plus) de vaches stationnée à différents endroits, qui rumine paisiblement sans se soucier des étudiants qui vaquent à leurs occupations. A cette période le campus ressemble à un grand enclos. Sans compter les chèvres qui trainent jusque dans les UFR (unité de formation et de Recherche) ou encore des ânes et des chevaux que l’on rencontre rarement à des endroits un peu reculés.

Je ne sais pas s’il y a beaucoup d’université comme la nôtre mais ce qui est sûr, c’est que l’UGB a un décor spécial. Le calme qui y règne et cette relation directe avec la nature est due à son isolation de la ville. Voilà pourquoi l’UGB est à l’opposée de tout ce qui se passe à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Partagez

Commentaires

Diawara
Répondre

C'est pas à ce différent. A l'ucad, il y a beaucoup chats et de chiens. Ces derniers font souvent des aboiement à troubler le sommeil. Les chats cherchent leur nourriture sous les tables à manger dans les resto. Ils font partie de nous, je crois.

Ameth DIA
Répondre

Je vois de quoi tu parles. Ici aussi il y a plein de chats mais on ne les voit plus dans les restos. Cependant, les chiens et les chats sont plus proches de l'homme que ne le sont les vaches et les chèvres.

taye
Répondre

oui il est tant d'en parler car c'est trop débordé au niveau de l'ugb vue les vaches et les chèvres qui y logent et étudient comme vous

Ameth DIA
Répondre

lol t'as raison mais comme çà ne dérange personne!!!

Répondre

L'université de Ngaoundéré au Cameroun, connaît également ce phénomène un peu spécial. Je pense que cela est principalement dû au fait que les universités ne disposent toujours de clôture. Je vois mal comment vaches, chèvres, chiens et tous les autres passeraient par la guérite si le pourtour est hermétiquement fermé :)

Ameth DIA
Répondre

La notre dispose d'un mur qui en fait le tour mais des portes de sortie communicant avec les villages environnants sont laissés ouvertes sans doute pour ne pas empêcher leurs activités. Et je rappelle que l'université est installée sur leur territoire.

ariniaina
Répondre

bah, tant qu'ils ne dérangent personne :d

Ameth DIA
Répondre

bah apparemment personne ne se plaint :-)

balde
Répondre

l'ugb a un très bel décor; il faut vous en réjouir. en tout cas, en ce qui me concerne j'ai fortement la nostalgie de tels paysages que ceux adjoints au texte ci-dessus.

Ameth DIA
Répondre

Alors je te le dédie; un petite souvenir de Sanar te réchauffera du froid hivernal de la France!! :-)

razaiarinony
Répondre

lol, j'adore la photo où on trouve des petits ruminants qui essayent d'attraper des feuilles vertes. Heureusement que le gars qui nettoient les ''déjections'' de ces bovidés et de ces ruminants ne se plaint pas sur ce site :)
PS: ''ils font quasiment parti du décor très spécial de notre université''==cool

Ameth DIA
Répondre

Merci pour le com

amina sanar 95
Répondre

amet
sant rek nous en notre temps c'est les anes qui primait! lol (avec quelques serpents aussi)! en tt cas bravo j'ador ton blog

Ameth DIA
Répondre

Ha wai quand même donc c'était vraiment la brousse alors ;-) Les chèvres ont du prendre la place des ânes je suppose lol. Merci pour le commentaire